couverture

La théorie des angles ou l’optimisation de ton placement

Tu as peut-être déjà rencontré cet adversaire, celui qui est toujours sur la balle. Peu importe la puissance de ta frappe, l’angle que tu arrives à trouver, il est toujours bien placé, comme s’il lisait ton jeu. En vérité, il maîtrise un concept fondamental : celui de se replacer au bon endroit.

Aujourd’hui, on attaque un classique quand on parle de progression au tennis : la théorie des angles ! Derrière ce nom un peu barbare se cache un concept développé par Henri Cochet, grand joueur et vainqueur de 7 tournois du Grand Chelem et de 6 coupe Davis. Cette théorie a pour but d’optimiser ton replacement pour t’économiser des efforts sur ton prochain déplacement.

Principe de base de la théorie des angles

Henri Cochet indique que, dans un match de tennis, le point de replacement optimal est situé sur la bissectrice de l’angle formé par les zones extrêmes que peut atteindre ton adversaire. Pour ceux qui n’aiment pas la géométrie, la bissectrice est la droite qui coupe un angle en 2 parts égales. Avec un schéma, c’est toujours plus claire :

base de la théorie des angles tennis
Chaque point de la ligne rouge est une position possible de replacement

Les pointillés verts représentent les trajectoires extrêmes qu’il peut donner à sa balle. Tous les points de la bissectrice (la ligne rouge) sont de bons endroits pour se replacer, en fonction d’où tu te situes dans ta distance par rapport à la ligne de fond de court ou du filet. Et on y reviendra un peu plus tard.

En te replaçant sur la bissectrice, tu optimises ton prochain déplacement

Dans cet exemple, ton adversaire frappe une balle située au centre du terrain. En te replaçant au milieu toi aussi, tu auras autant de trajet à parcourir si tu reçois une balle sur ta droite ou sur ta gauche.

L’erreur de replacement des débutants

Je ne parle pas ici des joueurs qui attendent la frappe de leur adversaire pour engager tout déplacement, mais de ces joueurs plein de bonne volonté qui vont systématiquement se replacer sur la ligne médiane. Dès que leur adversaire aura une balle excentrée, ils vont se retrouver dans la situation suivante :

Ici, tu as peu de chemin à faire pour un coup droit et beaucoup pour un revers (droitier)

À partir de cette position, l’adversaire a 2 options principales : jouer long de ligne (ce qui lui laisse peu de temps pour se replacer à son tour) ou croiser sa frappe. Une trajectoire croisée donne plus de sécurité : le filet est plus bas au centre et le terrain est plus long en diagonale. C’est donc généralement le coup qui est privilégié. Mais tu le vois sur le schéma, en se plaçant au centre, le joueur aura une plus grande course à faire pour atteindre la balle croisée comparée à la balle long de ligne. Cela implique plusieurs conséquences :

Les conséquences d’un mauvais replacement

Si tu te replaces au mauvais endroit contre un adversaire intermédiaire (qui dirige la balle dans la direction qu’il souhaite), tu vas te retrouver avec plusieurs problèmes :

  • la cible la plus évidente pour ton adversaire, c’est la zone libre du terrain, celle où tu n’es pas. Tu vas donc de courir plus pour couvrir ce côté.
  • tu vas donc devoir frapper des balles en bout de course, et régulièrement sur ton coup faible (souvent le revers). Tes coups vont devenir plus difficiles à jouer.
  • comme tes coups sont plus difficiles, tu vas ressentir plus de pression, car tu risques beaucoup plus de faire la faute.
  • et finalement, tu donnes à ton adversaire des balles plus faciles parce que tu ne peux pas renvoyer la balle aussi bien que tu le voudrais.

Tu comprends maintenant l’intérêt de te replacer sur la bissectrice de ton adversaire et pas forcément au centre de ton terrain.

Où se placer à la volée ?

La volée, le principe de replacement reste le même, mais le résultat est différent : quand tu étais en fond de court et que tu envoyais sur la balle sur ta gauche (coup droit croisé par exemple), tu devais te replacer légèrement sur la droite du terrain ; en montant au filet, tu dois maintenant te placer du côté où tu envoies la balle. Regarde l’illustration :

Le placement à la volée
À la volée le côté du replacement est inversé par rapport au fond de court

Ici, tu vois qu’en respectant le principe de replacement sur la bissectrice, tu te retrouves à couvrir plus le côté où tu joues, pour éviter de proposer un passing long de ligne facile pour ton adversaire.

Le tennis, un jeu de gagne-terrain

À moins d’avoir le physique et l’endurance d’un coureur de fond, il est toujours plus facile de ne jouer pas trop loin de sa ligne de fond. Si tu as un style de jeu ultra-défensif (type rameur qui peut continuer à défendre inlassablement même au bout du 3ème set), alors tu peux te permettre de jouer à 2 mètres de ta ligne et de courir plus. Cela te laisse plus de temps pour lire la trajectoire de la balle qui arrive et plus de sécurité quant à la longueur de la tienne. Mais peu de joueurs sont de réels rameurs. Pour la plupart d’entre-nous, on peut défendre, mais on préfère attaquer et chercher à maîtriser le déroulé de la partie, ne pas seulement subir le jeu de l’adversaire. Si c’est ton cas, tu as tout intérêt à te rapprocher de ta ligne. Dans l’exemple, j’ai grossi le trait en mettant le 2nd placement dans le terrain pour accentuer la différence de déplacement à faire.

Différence en fond de court
Plus tu joues loin de ta ligne, plus tu cours.

Dans la réalité, tu vas rarement te placer au niveau de la croix verte, car si tu reçois une balle longue, tu devras beaucoup reculer pour te positionner correctement. Mais l’idée est la suivante : plus tu es proche de ta ligne, moins de course tu auras à faire.

D’un autre côté, en entrant dans le terrain, tu ouvres de nouvelles zones de jeu, des angles plus larges :

Nouveaux angles en rentrant dans le terrain
Plus tu joues ta balle à l'intérieur du terrain, plus tes angles de jeu sont larges

Plus tu joues ta balle à l’intérieur du terrain, plus tu vas pouvoir déplacer ton adversaire (avec toutes les implications qu’on a vues : plus de course, plus de pression, moins de temps, balle plus facile pour toi). Accentue encore ton avantage en visant les bonnes zones.

Les zones de frappes et la hauteur au filet

En plus du replacement, la théorie des angles prévoit les bases des schémas de jeu. En effet, il ne sert à rien de frapper fort quand tu es loin de ta ligne de fond de court et que ton adversaire a tout le temps de voir ta balle arriver et de se placer. La prochaine illustration te montre les différentes zones de jeu en fonction de ta position au moment de la frappe.

Zones de frappe au tennis
Ta cible est différente en fonction de la zone dans laquelle tu frappes la balle

Tu peux voir qu’en fonction de la zone où tu frappes ta balle, ton objectif ne doit pas être le même. Quand tu es loin de ta ligne, ta priorité est de regagner du terrain en renvoyant long, même au centre. Ensuite, quand tu as pu revenir au niveau de la ligne de fond de court, l’étape n°2 est de construire le point. Pour cela, tu vas délaisser le centre du court et viser les angles. Le but est soit de déplacer ton adversaire (essuie-glace) soit de l’enfermer dans une diagonale pour te créer une ouverture, c’est-à-dire obtenir une balle dans la zone d’attaque

Ça y est ! Tu as créé une brèche dans le jeu de ton adversaire ! Engouffre-toi dedans et prends l’initiative. Dans cette situation, ton but est d’accélérer le jeu. Pas forcément la vitesse de la balle, le jeu ! Ça veut dire mettre la balle loin de ton adversaire pour qu’il n’ait pas le temps de se placer comme il faut. Pense à varier les zones : long de ligne si la hauteur de balle te le permet ; court croisé si tu as confiance en ton lift. Crée de l’incertitude chez ton adversaire pour qu’il ne puisse pas anticiper ta balle. Ne cherche pas nécessairement le coup gagnant, cherche à obtenir une volée de finition.

Durant toute la durée du point, que tu sois en défense, en attaque ou en train de construire ton point, ton objectif est de garder une intention de jeu claire à chaque instant.

Ta sécurité par rapport au filet

De la même manière qu’il ne sert à rien d’attaquer n’importe comment, il est inutile de jouer des frappes tendues qui risquent de prendre le filet quand tu n’es pas en position de prendre l’avantage. Pour accentuer les différents rythmes de jeu présentés plus haut, voici une illustration de la marge que tu dois garder par rapport au filet en fonction de ta zone de frappe.

Sécurité par rapport au filet
Ta zone de sécurité par rapport au filet n'est pas la même en fonction de ton intention

L’idée, c’est de ne pas prendre de risque inutile. Il faut être patient quand tu es en défense, attendre de pouvoir tranquillement construire ton point et créer l’ouverture.

Les implications de la théorie des angles

On peut dégager de cette théorie plusieurs lignes directrices pour améliorer significativement son niveau de jeu sans améliorer sa technique. Tout est dans la vision du jeu :

1. Recherche de la longueur

Dans un jeu de fond court, tu as tout intérêt à privilégier la longueur de balle par rapport à la puissance de ta frappe. En effet, avec des balles globalement au centre du terrain, si tu frappes fort mais court, tu risques une montée au filet de ton adversaire. Tiens-le à distance en recherchant de la longueur et de la sécurité dans ta balle (ta balle doit passer à au moins 1 mètre au-dessus du filet).

2. Sois entreprenant sur chaque balle courte

Même si cela paraît évident sur le papier, trop de joueurs ne vont pas au filet parce qu’ils n’ont pas confiance en leurs volées. Mais tu l’as vu, avancer dans le terrain de donne accès à de nouvelles zones de frappe pour déplacer encore un peu plus ton adversaire. Profite de chaque occasion pour le faire courir et lui mettre la pression.

3. Privilégie la vitesse de jeu à la vitesse de frappe

Si tu prends ta balle tôt, il n’est pas nécessaire de frapper fort. En rentrant dans le terrain et/ou en prenant les balles dans leur phase montante, tu es déjà en train de voler du temps de replacement à ton adversaire. Ce gain de temps compense largement la perte de puissance que tu peux avoir en jouant plus tôt.

4. Sois rigoureux sur son plan de jeu

Dans la dernière partie de l’article, on a vu qu’il y avait un moment pour attaquer et un moment pour défendre. Sois intransigeant et respecte ces moments de défense. Tu peux être patient et attendre l’ouverture. À la longue, tu feras moins de fautes directes car tu ne vas attaquer que quand tu es en position de force !

Partage cet article avec un ami toujours en retard sur ses balles en le taguant sous le lien Facebook.

Tu rates trop souvent tes points importants ? Tu te mets la pression à cause du score ?
Découvres les 5 clés pour gagner plus régulièrement les points à enjeu et remporter plus de matchs.

Cet article a 3 commentaires

Laisser un commentaire